Les TIC peuvent-elles encore être vues comme des outils ?

Il y a trois ans je questionnais, lors d’une conférence à Clair, la nouvelle réalité de l’apprentissage à l’heure d’une immortalité imminente ou a tout le moins d’une espérance de vie grandissante supportée par les avancées de la technologie. L’an passé, ma conférence au sommet iPad portait sur l’arrivée massive des technologies connectées portables et de leur impact sur l’enseignement et l’apprentissage.  Le dernier CES 2016 qui s’est déroulé à Las Vegas laisse entrevoir dans un (très proche) avenir la connectivité  d’une multitude d’objets qui  nous entourent. L’omniprésence de cette technologie connectée et la lecture d’une critique du livre de Marc-André Girard, questionnant le rôle des TIC comme outil me portent à me demander si la conception des TIC comme étant un outil ne serait pas, aujourd’hui, un anachronisme.

Pendant de nombreuses années, j’ai en effet perçu la technologie comme un outil permettant de supporter ma démarche pédagogique. Je dois aujourd’hui constater que l’évolution rapide de cette technologie me porte à questionner le terme outil pour qualifier l’usage de cette technologie qui s’infiltre dans l’ensemble des aspects de notre vie, mais surtout d’une technologie qui supporte de plus en plus une partie virtuelle importante de cette vie.

Lors des 20 dernières années, l’intégration des technologies à l’école passait par un ordinateur en venant faciliter, bonifier, ajouter une plus-value à des activités pédagogiques ou à des situations d’apprentissages dans différentes disciplines. Nous parlions alors d’intégration de l’outil informatique à l’enseignement.  Par exemple, le traitement de texte permettait la mise en forme de travaux, le tableur permettait le calcul rapide et la création de graphiques, les logiciels de présentation permettaient l’ajout d’un support visuel à une présentation orale. J’ai toujours préféré la notion de mobilisation des technologies plutôt qu’intégration, mais on comprendra que l’idée était d’introduire une nouvelle dimension numérique à une démarche pédagogique. Ces outils permettaient par exemple de supporter la rédaction de travaux, sans toutefois nécessairement changer la nature du résultat final : le plus souvent, sous forme de document pouvant être imprimé, ayant une réalité tangible en dehors du numérique. À la manière des outils du menuisier, les différents outils technologiques venaient donc supporter une démarche, mais, tout comme la matière de base du menuisier reste le bois, la production finale pouvait demeurer le papier. Dans cet état de fait, on pouvait très bien parler d’outil comme d’un « moyen d’action » sur du contenu.

Le Larousse donne comme l’une des définitions d’un outil : « élément d’une activité qui n’est qu’un moyen » et le moyen comme étant une « manière d’agir, procédé qui permet de parvenir à une fin »

Depuis peu, la prolifération des plateformes numériques créatives et surtout des bases de données et des serveurs font passer les technologies dans une autre dimension puisque l’outil devient aussi le média de la production. En effet, de nos jours, certaines productions pédagogiques ne prendront jamais forme ailleurs que sur un support virtuel, numérique. Une production vidéo, audio, un Popplet, un Tinglink, un Aura ( Aurasma)  en sont quelques exemples. L’outil technologique qui sert à créer ce contenu sert aussi à l’héberger et à diffuser la production. Mais plus près de nous, dans notre quotidien, notre calendrier, nos manuels scolaires numériques, nos photos, les publications sur les médias sociaux, les paiements de comptes, bientôt la gestion de notre maison (éclairage, température, arrosage), la conduite autonome, et bien plus font passer la technologie à quelque chose de beaucoup plus large qu’un procédé. Le téléphone devient un mode de paiement, la montre une clé pour une chambre d’hôtel … le terme outil est-il donc encore le mieux choisi dans ce contexte? Tous ces éléments ont en commun la consultation de base de données sur des serveurs de façon virtuelle, l’utilisation des données en temps réel ou le stockage d’éléments dans le « Big Data ».  Mon ordinateur portable tout autant que les tablettes et appareils mobiles des élèves sont devenus bien plus que des outils et le serveur de notre école beaucoup plus qu’un simple ordinateur … imaginez votre futur réfrigérateur connecté.

Selon Feenberg il faudrait concevoir la technologie non pas comme quelque chose de neutre […], mais plutôt comme quelque chose de socialement construit qui doit être investi démocratiquement parce qu’il change nos vies.

Tiré de : Théorisation d’une pédagogie alternative de la technologie par Patrick Plante

 

La réalité d’aujourd’hui, c’est que la technologie est partout et qu’il faut revoir cette conception d’un outil ayant une fonction d’instrument ou d’accessoire, particulièrement en éducation. L’ère de l’outil technologique à mobiliser de temps en temps est révolue, la technologie, par son omniprésence devient partie intégrante de tout, y compris de l’acte naturel d’apprentissage et d’enseignement.

En conclusion, quand un élément s’intègre ainsi à un ensemble de pratiques, ne faudrait-il pas plutôt en parler comme d’un véhicule ou d’un vecteur puisqu’il permet non seulement de réaliser une tâche, mais d’en supporter le résultat et sa diffusion.  Parler de la technologie en terme d’outil me semble aujourd’hui beaucoup trop réducteur et a pour effet, en éducation, à reléguer son usage à un rôle de soutien plutôt que de voir cette technologie comme une partie intégrante et inhérente à une démarche d’enseignement et d’apprentissage.

Sébastien Stasse

La formation initiale des enseignants, 50 ans après le rapport Parent

Voici un compte rendu de mes propos, partagés comme panéliste à la table ronde sur la formation initiale des enseignants dans le cadre de la 2e journée d’étude « Cultiver l’Éducation au Québec : 50 ans après le rapport Parent » organisée par l’UQAM.

Introduction

C’est tout un honneur de participer à cette réflexion et je tiens à remercier les organisateurs de leur confiance en me permettant de partager avec vous mes réflexions. Étant né avant le rapport Parent, et étant issu de l’application des recommandations de ce rapport, c’est aujourd’hui un privilège non seulement de pouvoir réfléchir à l’impact de ce rapport après 50 ans, mais aussi de contribuer à la réflexion sur l’avenir de l’éducation, de l’école et du système éducatif québécois.

Une citation pour débuter :

La crise de l’enseignement est universelle. Partout sont remises en question les structures administratives et pédagogiques, partout se préparent ou s’appliquent des réformes plus ou moins radicales; c’est que l’homme moderne n’habite plus le même univers que ses ancêtres.

Tiré du rapport Parent, 1964, Tome II p. 19

Nous pourrions facilement appliquer cette citation au contexte actuel du système éducatif mondial. Étonnant ? Certainement pas! L’éducation doit évoluer au même rythme que notre connaissance et doit se remettre en question périodiquement pour assurer une formation pertinente et répondant aux besoins des générations futures. Ce qui serait inquiétant serait plutôt de continuer à évoluer dans un système éducatif qui ne tient pas compte de l’évolution du savoir et de la connaissance sur le processus même de l’apprentissage.

Situer la formation initiale des enseignants

L’objectif de cette table ronde organisée par l’UQAM étant de réfléchir plus particulièrement sur la formation initiale des enseignants, je dirais d’entrée de jeu que l’élément central de ma réflexion sur le sujet est le constat que le métier d’enseignant a subi des modifications profondes et que le rôle de l’école change depuis plus d’une décennie.

J’ouvre une parenthèse pour souligner que la délicate question de la professionnalisation du métier d’enseignant est déjà abordée par le tome III du rapport Parent (p. 245) et que j’ai nullement l’intention d’élaborer sur ce sujet aujourd’hui. Mais je me permet de citer les propos de Maurice Tardif, tirés de son dernier livre, dans la conférence d’ouverture d’aujourd’hui, « les universités forment des professionnels pour une profession qui n’existe pas encore ». Il y aura certainement lieu d’y réfléchir dans une autre tribune, surtout quand on abordera la question de la formation continue et du développement professionnel. Fin de la parenthèse.

Donc revenons au changement du rôle des enseignants. D’abord, le changement de paradigme mis de l’avant avec la réforme ou renouveau il y  a  plus de 10 ans, où il ne suffit maintenant plus « que» d’enseigner, mais bien de « faire » apprendre. Ce changement important inclut donc une forme de « reddition de comptes » que viendront préciser les conventions de gestion, de partenariat ainsi que les plans de réussite des établissements.

Grâce au Rapport Parent, le Québec s’est doté d’un système d’éducation accessible et obligatoire pour tous. Or, le même système s’attend aujourd’hui  à ce qu’on assure la réussite (ou à tout le moins la diplomation) de tous et de préférence avant 16 ans!  Il y aurait certainement lieu, éventuellement, de se questionner sur la différence entre la réussite et la diplomation, mais chose certaine, les taux de décrochage actuels m’amènent à dire que l’on a réussi à démocratiser l’éducation mais pas nécessairement l’apprentissage.

On demande à l’école et du coup aux enseignants : d’instruire, de socialiser et de qualifier une clientèle,  incluant les enfants à besoins particuliers, le tout en « suivant » les avancées technologiques et en assurant la réussite pour tous ! En 10 ans, nous sommes passés d’un modèle où le rapport au savoir était centré, à un modèle où le savoir est polycentrique. L’enseignant n’est plus le seul à connaître. Les élèves et les parents ont accès à la connaissance et à la technologie du bout des doigts, ce qui bouleverse la relation maître/élèves et donc le métier d’enseignant.

C’est ce qui m’amène à dire que le métier a radicalement changé depuis le rapport Parent et qu’il continuera à se modifier. Le sujet est donc important : qu’en est-il de la formation initiale de nos futurs enseignants mais aussi de ceux qui la donnent ?

 

Les enjeux en regard à la formation initiale des enseignants 

Une étude d’envergure de l’OCDE sur les politiques à l’égard des enseignants, menée entre 2002 et 2004 concluait que:

La qualité des enseignants est le premier levier d’amélioration de l’efficacité des systèmes d’éducation.

D’où l’importance du recrutement et donc de la valorisation du métier d’enseignant, de la formation initiale mais aussi de la formation continue, élément essentiel permettant d’assurer le haut degré de compétence des enseignants.

Le premier enjeux serait donc d’attirer des candidats pour qui l’enseignement est un « premier » choix. Il m’apparaît ensuite important d’assurer la rétention des finissants dont on évalue le décrochage entre 15 % à 30 % après leur première année dans les écoles. Les chiffres sur le sujet divergent, en 2004, la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants (FCE) évaluait ce nombre à 30 % alors qu’en 2002 , le Comité d’orientation de la formation du personnel enseignant (COFPE) l’évaluait à 20 %. Mais nous pouvons nous entendre sur le fait que ces chiffres sont inquiétants et qu’il faudra s’intéresser rapidement à cette réalité.

Un autre enjeux serait de développer un réflexe de formation continue, essentiel dans toute profession. Nos enfants devront « apprendre à apprendre » s’ils veulent arriver à évoluer dans le monde futur; les enseignants devront eux aussi développer des pratiques réflexives et remettre périodiquement en question leurs pratiques.

Les universités devront ajuster les parcours universitaires en fonction des nouvelles réalités, autant technologiques que pédagogiques.

Et finalement, s’assurer que la formation offerte par les professeurs universitaires et les chargés de cours est « à jour » et que ces enseignants modélisent eux-mêmes les nouveaux modèles attendus.

 

Qu’est-ce qui fonctionne bien actuellement dans la formation initiale des enseignants

À mon avis la modification de la formation initiale échelonnée sur 4 ans au lieu de 3 a certainement permis une première forme de « sélection naturelle » des candidats par les stages, dès le début de la formation. Les 4 stages permettent d’évaluer l’intérêt pour le métier tout en faisant un lien entre la théorie et la pratique.

La grande diversité des cours offerts en option permet de répondre à un besoin de formation qui a grandement évolué au cours des dernières années.

Quels sont les problèmes de la formation initiale des enseignants ?

J’insiste sur la rétention des enseignants/finissants dans le métier qui doit faire l’objet de toute notre attention, autant pour en évaluer les causes que pour en identifier des mesures correctrices.

Les compétences en évaluation doivent être mieux développées en formation initiale. Un seul cours ne suffit pas pour assurer aux futurs enseignants une base suffisante dans un contexte aussi complexe que le développement de compétences.

La formation initiale doit aussi inclure le développement de compétences à mobiliser les TIC. Ne parlons plus d’intégration, mais bien de mobilisation en cours d’apprentissage, dans toutes les matières. D’où l’importance de la présence de ces technologies tout au long de la formation initiale dans tous les cours et non pas d’un « cours » d’informatique.

Les élèves à besoins particuliers ne sont plus que l’affaire d’une spécialisation du métier d’enseignants. Aujourd’hui, ces élèves bénéficient d’un soutien en dehors des classes, mais la majeure partie du temps ils sont dans la classe de l’enseignant généraliste. Il faut donc absolument développer les compétences des futurs enseignants pour accompagner cette clientèle à besoins particuliers avec des ressources qui seront très souvent limitées.

 

Quels sont les besoins à court terme en regard à la formation initiale des enseignants ?

Que les nouveaux enseignants terminent leur formation en ayant pu vivre une modélisation adéquate dans l’ensemble de leur parcours universitaire en matière de mobilisation des TIC et d’évaluation des compétences et des apprentissages.

Que les nouveaux enseignants aient reçu une formation adéquate en intervention et en gestion des troubles d’apprentissage et de comportement.

Et finalement qu’ils puissent avoir bénéficié d’une expérience pratique sur le terrain en matière d’évaluation, de production du bulletin, et des rencontres de parents.

Que devrions-nous faire pour bonifier la formation initiale des enseignants ?

A cette question, je suis loin d’avoir les réponses ou une recette magique. Je proposerai plutôt des pistes de réflexions.

Serait-il envisageable de procéder à une sélection des candidats qui s’inscrivent aux différents programmes en enseignement et donc de contingenter les programmes ?

Ne serait-il pas impératif que la formation universitaire s’adapte rapidement autant au niveau des nouvelles technologies que de la recherche en éducation et qu’elle reste à l’affût des besoins du milieu ?

Une formation de 1er cycle est-elle suffisante  pour développer les nouvelles compétences attendues dans la perspective des nouvelles tâches demandées aux enseignants d’aujourd’hui ?

Ne serait-il pas envisageable, un peu comme les médecins, d’obtenir un droit de pratique ou un brevet d’enseignement temporaire de quelques années exigeant la poursuite d’études pour compléter la formation ?

La formation universitaire ne devrait-elle pas favoriser davantage les résultats de la recherche en éducation pour la mettre à profit auprès des élèves/étudiants afin de présenter les pratiques les plus efficaces en matière d’apprentissage, par exemple en ce qui à trait à la neuroéducation ?

Les nouveaux enseignants ne devraient-ils pas bénéficier d’un accompagnement obligatoire lors des premières années d’enseignement ?

 

Au delà de la professionnalisation du métier, la loi sur l’instruction publique énonce quelques devoirs des enseignants dont :

Obligation de l’enseignant de prendre des mesures appropriées qui lui permettent d’atteindre et de conserver un haut degré de compétence professionnelle.

LIP Art 22 – 6°

 

Ne serait-il pas pertinent de développer des programmes universitaires de formation continue, mieux adaptés aux horaires des enseignants en poste et en partenariat avec les institutions scolaires ?

 

En conclusion

Je reviens sur l’élément le plus important de mon allocution :

La qualité des enseignants est le premier levier d’amélioration de l’efficacité des systèmes d’éducation.

Il faut donc former la relève tout en assurant la formation continue des enseignants. Je crois que dans ces deux aspects, l’université se doit de jouer non seulement un rôle de premier plan, mais surtout d’assurer la qualité de la formation.

Une question pour terminer … les derniers états généraux en éducation de 1996 ont mené à la fameuse réforme de 2000 qui, loin d’être parfaite, comportait des éléments innovateurs pour l’époque et qui ont fait l’objet de nombreux débats et critiques. Aujourd’hui, à peu près tous les systèmes éducatifs sont en transformation et s’articulent autour du développement de compétences et plus particulièrement ce que nous appelions les compétences transversales et qui aujourd’hui portent le nom de  compétences du 21e siècle.

À la lumière des changements depuis 15 ans, une autre réflexion ne s’imposerait-elle pas aujourd’hui en matière de système éducatif ?

Sebastien Stasse

Twit snob et histoire de ciseaux …

Bientôt plus 2300 personnes seront abonnées à mon compte Twitter alors que de mon côté je ne tends l’oreille qu’à environ 350 personnes. Serais-je un Twit snob? Voici en quelques lignes ma vision de mon réseau sur Twitter.

Une histoire de ciseaux

La semaine passée, l’une des surveillantes à l’école est venue reconduire 3 élèves à mon bureau avec en main 3 paires de ciseaux. La récréation venait à peine de commencer. Tout de suite, la surveillante m’explique que ces élèves de 2e année ont été pris sur le fait de vouloir utiliser ces dangereux instruments pendant leur période de jeu à l’extérieur et qu’évidemment c’était inacceptable!

Je dois spécifier que l’évènement a eu lieu lors de la récréation du midi et qu’il faisait alors passablement froid dehors (-15 °C). Si froid que les « montagnes » (à hauteur d’enfant) de neige qui font la joie de nos élèves lors des récréations se sont transformées en montagne de neige très dure suite au redoux de la semaine précédente.

Ma première question va donc naturellement aux enfants, un garçon et deux filles que je n’ai pas l’habitude de recevoir à mon bureau pour des problèmes de discipline et à qui je demande de m’expliquer la présence des ciseaux. Les deux filles m’expliquent que c’était l’idée du garçon et qu’elles n’avaient que suivi son idée, et qu’elles ne voulaient pas être punies! Je me tourne donc vers le garçon qui m’explique, avec quelques sanglots, que lors de la récréation du matin il avait constaté que la neige était devenue très dure et qu’il avait pensé apporter un outil afin de pouvoir creuser dans la neige et ainsi continuer la construction d’un château.

J’ai donc félicité le garçon (à son grand étonnement, à celui des filles et de la surveillante)… je lui ai dit que je le trouvais qu’il avait fait preuve de beaucoup d’intelligence et qu’il avait usé d’ingéniosité pour trouver une stratégie afin de résoudre un problème qu’il avait. Je lui ai ensuite demandé à quels outils il avait songé pour mettre en œuvre sa stratégie… Bien entendu, il m’a répondu une pelle, un bâton, mais que tout ce à quoi il avait pensé n’était pas disponible dans sa classe le matin… sauf les ciseaux.

Je lui ai alors demandé ce qu’il en pensait maintenant… et nous nous sommes entendus, avec la surveillante, pour conclure que les ciseaux pouvaient faire l’affaire, mais que ça pouvait être dangereux et que c’était la raison pour laquelle il se trouvait maintenant à mon bureau.

Finalement, j’ai expliqué aux 3 enfants que la stratégie qu’ils avaient élaborée était excellente, mais que le moyen pour la mettre en œuvre ne convenait pas à la situation pour une question de sécurité. J’ai insisté pour qu’ils comprennent bien que malgré que ce moyen était sans doute le meilleur dans les circonstances, il n’était pas adapté au contexte de la cour de récréation.

  • Le problème : la neige trop dure pour être utilisée dans la construction d’une château
  • La stratégie : utiliser un outil pour creuser
  • L’outil : les ciseaux du coffre à crayons

Bref, tout est une question de stratégie, de moyen et de contexte.

 Et Twitter dans tout ça ?

Avant mon inscription sur Twitter le 8 avril 2009, je suivais l’actualité en éducation au travers de fil RSS de sites ou blogues à caractères pédagogiques auxquels je m’abonnais. Je souhaitais pouvoir ainsi suivre l’actualité en éducation, certains appellent cette action une « veille », au travers de différents acteurs dans le domaine sans avoir à me rendre sur chacun de leurs sites, mais simplement en consultant un aperçu des articles publiés.

  • Le problème : entretenir une veille en éducation
  • La stratégie : consulter des ressources sur le web
  • L’outil : les fils RSS ds sites colligés sur mon logiciel de courriel ou mon fureteur Web

L’un des problèmes de ce moyen, c’était la difficulté de consulter ma veille sur mon appareil mobile qui ne synchronisait pas, jadis, les fils RSS de mon ordinateur (nous sommes une année avant le lancement du iPad et aux balbutiements du Cloud computing). Il y avait aussi le problème de l’abondance des abonnements et la piètre efficacité de mon outil en terme d’efficacité pour la consultation.

Dès mon abonnement à Twitter, il était donc clair que cette plateforme serait consacrée surtout à des aspects professionnels de ma présence numérique sur le web et éventuellement à changer de moyen par rapport à ma stratégie visant à consulter des ressources en éducation sur le web

Pourquoi ajouter un autre média social de type personnel si d’autres me convenaient déjà très bien? J’avais déjà abandonné mon blogue personnel quelque temps après mon passage à Facebook en 2007. En effet, je redoublais l’information puisque j’y inscrivais essentiellement le même contenu : des photos et des cartes postales de mes péripéties. Par contre, j’avais tout de même continué à alimenter mon blogue professionnel, plus adapté au partage d’expériences et de réflexions en éducation que mon compte personnel Facebook. Ce blogue a ensuite été remplacé par un autre il y a maintenant 2 ans.

Twit snob … moi ?

Pourquoi cette mise en contexte? Tout simplement pour vous expliquer pourquoi je ne m’abonne pas systématiquement à tous ceux qui me suivent et pourquoi je considère que mon réseau Twitter est très efficace. Un twit snob, c’est ce qui décrit habituellement quelqu’un qui à plus d’abonnés que d’abonnement. Si la définition s’applique à mon profil d’utilisateur, je n’ai jamais eu l’intention de snober mes abonnés. Voici donc comment je gère mensuellement mes abonnées.

Chaque mois, je fais un ménage de mes abonnés en éliminant systématiquement ceux qui ne contribuent pas au réseau de façon régulière ou encore ceux qui y contribuent par des propos qui n’ont pas de lien avec l’éducation. Souvenez-vous de ma stratégie : entretenir une veille en éducation. Je souhaite donc pouvoir compter sur un moyen efficace pour y arriver et le fait de limiter ainsi le nombre d’abonnés m’assure une qualité de contenu impressionnante, me permettant à mon tour d’enrichir le réseau avec des contenus qui « émergent » d’acteurs actifs en éducation. Mais encore mieux, Twitter m’a permis d’interagir avec ces acteurs, de partager leurs idées et de faire connaître des ressources.

Je prends soin régulièrement de regarder le profil de chacun de mes nouveaux abonnés et vous remarquerez que chaque utilisateur à qui je m’abonne est associé à une liste.

Twitter est une rivière où il ne faut pas regretter l’eau qui a passé, mais plutôt contempler celle qui s’écoule.

Je ne remonte donc jamais au-delà d’une dizaine de messages dans l’historique puisque de toute façon j’ai toujours le sentiment d’avoir du contenu de qualité dans le moment présent par les messages de mes abonnées. Bref, ma veille, c’est eux qui la font!

Tout comme les enfants, j’ai donc trouvé le moyen le plus efficace (pour le moment) afin de mettre en œuvre ma stratégie.

Merci à ceux à qui je suis abonné et merci de la confiance de ceux qui me suivent !

Sébastien Stasse