Évaluation et sanction une nuance importante

Depuis plusieurs mois je lis certains commentaires sur les épreuves ministérielles et un récent article de Marc-André Girard, jumelé aux commentaires de Jocelyn Dagenais du GRMS et Mario Asselin à propos de l’usage des calculatrices aux examens ministériels me mènent à étendre cette réflexion, au-delà des outils eux-mêmes, autour des notions d’évaluation et de sanction qui me semble être confondue. Je porterai donc mon chapeau (et mes lunettes) hérités de ma formation en évaluation pour aborder les épreuves ministérielles.

La raison d’être des épreuves

Que visent exactement les examens ministériels ? La loi sur l’instruction publique(LIP) et le régime pédagogique confirment la responsabilité du ministère de fournir des épreuves afin de sanctionner la réussite des élèves.  On trouvera la raison d’être de ces épreuves en termes précis, sur le site du ministère :

 «les résultats à ces épreuves préparées par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) […]  assurent la reconnaissance de la valeur du diplôme […] Ainsi, le diplôme délivré a la même valeur pour tous les élèves du Québec, quelle que soit l’année de son obtention ou l’emplacement de l’école fréquentée.

Bref, ces épreuves ont comme objectif de conférer au diplôme une forme de standardisation nécessaire au système scolaire pour la suite du cheminement de l’élève, particulièrement pour son entrée au CEGEP où une sélection doit se faire, on le comprendra, en fonction d’un standard permettant  une discrimination dans l’accès aux programmes contingentés. L’autre aspect, c’est bien évidemment la valeur du diplôme qui doit être une base fiable pour une société, témoignant (en principe) de l’atteinte d’objectifs attendus. On parle donc d’évaluation dans un but de sanction et dans ce contexte, la notion même de différenciation ne peut s’appliquer, si ce n’est pour tenir compte de certaines difficultés d’apprentissage précises (dyslexie par exemple) nécessitant l’usage d’outils d’aide pour réaliser l’évaluation sans toutefois modifier l’épreuve. Des mesures pour ces cas particuliers sont d’ailleurs déjà prévues par le ministère.

On pourrait s’en remettre à l’unique jugement des enseignants pour statuer de l’atteinte des objectifs ministériels, et c’est en bonne partie ce qui se fait tout au long du cheminement scolaire des élèves québécois. Les épreuves ministérielles de 4e année (français) et 6e année du primaire (français et mathématiques), de même que celle de 2e secondaire (français) comptent pour 20% de l’année scolaire, sont corrigées par les enseignants et laissent une large part à leur jugement professionnel pour le 80% de la partie restante.  Par contre, dans un contexte de sanction nécessitant une forme de standardisation, il faut impérativement passer par un processus commun afin qu’il soit équitable, fiable (dans la définition du concept lié à l’évaluation)  et valide ce qui n’a rien à voir (et n’enlève rien) à l’autonomie des enseignants, cette dernière étant applicable dans un contexte d’évaluation des apprentissages et pour l’apprentissage. Ceci dit, les examens ministériels sont rédigés par des enseignants et des conseillers pédagogiques et les épreuves sont validées avant leur passation, ce qui est un processus complexe visant la fiabilité des épreuves.  Malgré tout ce processus, des ajustements sont parfois nécessaires menant même, après coup, à l’annulation de questions. Imaginez le coût de la mise en oeuvre de ce genre de démarche à l’échelle de la province pour chaque milieu, mais surtout les risques que les épreuves soient inéquitables à l’échelle provinciale et que l’obtention du diplôme soit plus facile selon les écoles.

Un outil imparfait

Les épreuves ministérielles, sous forme d’examen, semblent donc être l’outil le mieux adapté au système puisque le système scolaire postsecondaire se base actuellement sur des données quantitatives qui se doivent d’avoir une référence commune de façon à être juste et équitable pour l’ensemble d’élèves afin de donner un portrait sur une base commune servant à un classement des élèves. Évaluer, c’est porter un jugement et le défi est donc de rendre ce jugement le moins subjectif ou arbitraire possible, ce que tente, tant bien que mal, de faire l’épreuve ministérielle menant à la sanction.

Malheureusement, nous sommes confrontés à des limites évidentes de l’outil qui met l’accent sur ce qui est facilement « mesurable ». Ainsi les examens ministériels, visent largement l’évaluation de connaissances et d’habiletés, au détriment des compétences, principalement à cause de la durée limitée de l’épreuve et de l’administration simultanée à un grand groupe dans un contexte de standardisation.

On peut donc peut-être comprendre que le ministère souhaite encadrer le plus possible la passation de ces épreuves en limitant les éléments susceptibles d’entacher les valeurs fondamentales en évaluation à savoir l’égalité et l’équité, d’où la présence de règles strictes pour tenter de respecter ces valeurs. C’est donc ici que le bât blesse et qu’on se retrouve avec l’interdiction de certains types d’outils lors de la passation de l’épreuve (type de calculatrice, aide à l’écriture, dictionnaires numériques, etc …) afin d’assurer (ou de tendre à ce que) la passation ait lieu dans les mêmes conditions pour tous … on parle d’équité dans un contexte de sanction, concept qu’il faut aborder différemment dans un contexte d’apprentissage.

S’attaquer à l’outil qu’est l’épreuve ministérielle me semble très loin du réel enjeu qui en est plutôt un lié à l’absence d’une autre méthode éprouvée afin de standardiser la sanction et d’assurer la qualité du diplôme.

 

L’usage des technologies en évaluation

Même dans la mouvance des nouvelles technologies, comment assurer la validité d’une épreuve appliquée à un grand groupe et d’un territoire à l’échelle d’une province ? En ce sens, un groupe de travail (dans lequel je ne suis pas impliqué) est en place depuis plusieurs années au ministère de l’Éducation pour évaluer la possibilité de numériser les épreuves. Les défis sont de taille, ne serait-ce que pour s’assurer que les élèves aient accès simultanément à un appareil numérique pour réaliser l’épreuve. Vient ensuite la plateforme numérique qui devra supporter le tout incluant la correction par les différents enseignants et le branchement simultané de milliers d’élèves. Finalement l’aspect limitant la diffusion éventuelle du contenu, maintenant si facile par fichier numérique. Les infrastructures à mettre en place sont colossales  surtout quand on sait que certaines écoles actuelles n’ont même pas un accès à un réseau sans-fil.

Les épreuves ministérielles sont donc loin d’être  parfaites, mais faute de ne pas disposer d’outil plus efficace pour les objectifs visés par ces épreuves, soit la recherche d’un standard visant la sanction, elles sont utilisées au mieux de leurs limites, qui se font de plus en plus sentir.  Quant à l’aspect numérique de l’évaluation, il serait intéressant de recenser les écoles qui utilisent actuellement des plateformes numériques pour la passation d’épreuves finales, je pense particulièrement aux institutions où tous les élèves ont leur propre appareil numérique … ont-elles toutes fait le passage à l’évaluation numérique ? Si oui, ces institutions pourraient  peut-être nous fournir leur expertise sur une alternative au format papier/crayon.

Sébastien Stasse

 

 

 

Donner aux élèves les moyens de réussir

En cette fin d’année, voici l’aboutissement d’un projet inspirant et qui démontre bien le talent, mais aussi la détermination et l’engagement des enfants quand on leur en donne les moyens.

Mme Valérie Desroches, orthopédagogue à l’École Alex Manoogian, a travaillé sur ce projet d’enregistrement d’une chanson, en studio, avec la participation de quelques uns de nos 50 élèves qui ont bénéficié d’un accompagnement en orthopédagogie. L’objectif étant de démystifier ce service, qui permet non seulement aux élèves de corriger des lacunes ou de surmonter des difficultés d’apprentissage, mais surtout de les outiller pour l’avenir.

En collaboration avec le QDS Recording Studios voici donc le fruit de leur travail. Je suis particulièrement très fiers d’eux, mais surtout de pouvoir mettre en place les ressources nécessaires pour la réussite de chacun de nos élèves à la hauteur de leur potentiel.

Orthopédagogie par École Alex Manoogian sur Vimeo.

Voici un article qui présente les détails de notre programme d’orthopédagogie et notre approche. L’orthopédagogie, un « service » essentiel au « service » de l’élève

L'école de demain, entre lassitude et découragement …

La poussière retombée suite à une soirée annoncée de confrontation et de débat (peut-on qualifier de débat un exercice où tout le panel est en accord et devant une assemblée de gens inspirants mais déjà tous convaincus 😉 ) dans le contexte d’une formule originale organisée par le dynamique Cadre21 confirme ma lassitude à entendre des conférences ou à participer à des activités portant sur la nécessité d’un changement en éducation. Je suis simplement usé !

La rafraichissante et pertinente présentation de Michel Cartier (ne provenant pas du milieu de l’éducation) lors de la première partie de cette soirée a apporté un angle intéressant sur le monde de demain et la cohabitation en porte-à-faux en éducation entre la culture de l’écrit et l’évolution vers la culture de l’image-écran. De plus, l’image forte du web 2.0 qui passe vers un web 3.0 axé sur l’internet des services (une nuance de l’internet des objets) était révélatrice de la nouvelle réalité qui émerge dans notre quotidien. La réalité de nos enfants sera loin de la nôtre, c’est aujourd’hui plus qu’évident et ce grand-père Cartier en est, lui, bien conscient.

Loin de moi l’idée de critiquer l’initiative du Cadre21 pour la suite du « non-débat » de cette soirée, tout de même fort enrichissante au niveau des rencontres informelles. Ce nouveau  joueur développe et se positionne de façon remarquable sur l’échiquier de la formation professionnelle et continue, visant les enseignants (et souhaitons-le des administrateurs scolaires) sur le plan international. Signe que, dans la nouvelle mouvance numérique, la formation et le perfectionnement ne sont plus l’apanage que des institutions universitaires, l’approche du Cadre21 est, disons-le, tout simplement visionnaire.

Ma lassitude et mon découragement, sont donc plutôt attisés par le fait que l’on cherche encore à identifier qui doit mener ce changement et comment alors que bien peu d’exemples concrets ou de modèles de réussites sont généralement présentés pour illustrer la possibilité de mener des changements dans les règles de fonctionnement actuelles du système. Yvon Deschamps dirait « on veut pas le sawouère on veut le woèèère ».

On parle de « hacker » le système éducatif, Nancy Brousseau reprenait l’image de la « désobéissance civile »  en éducation qui pourrait plutôt, à mon avis, se traduire par un sujet d’actualité :

si l’évitement fiscal est légal, pourquoi ne pas se tourner vers de l’évitement de régime pédagogique tout en naviguant dans les limites des règles.

 

Ça veut dire quoi concrètement ?

Introduire des périodes de parascolaires obligatoires en début ou fin de journée pour l’enseignement de matières hors curriculum mais en lien avec les compétences du 21e siècle. Mettre en place de l’enseignement à distance dans une formule de classe inversée. Intégrer une approche multidisciplinaire en team teaching avec deux enseignants pour un cycle complet au secondaire en décloisonnant les matières. Introduire un programme éliminant une matière de base pour une année en s’assurant que les acquis du programme régulier de la matière en question sont bien atteints l’année précédente.

Côté technologique, quand des enseignants m’approchent pour me dire qu’ils n’ont pas de sans-fil dans leur établissement, qu’ils ne peuvent pas utiliser leur propre ordinateur à l’école, que les appareils des élèves ne sont pas permis à l’école alors qu’ils n’ont pas accès à aucun ordinateur fonctionnel, qu’aucun programme d’éducation à la citoyenneté numérique n’est en place dans leur milieu, je me demande comment s’attendre à ce que le reste des choses changent si on est encore là. Le seul fait de parler encore de « services aux élèves » à propos des ressources d’encadrement essentielles pour certains de nos élèves à besoins particuliers en dit long sur la vision archaïque de l’intégration de cette clientèle. On ne doit plus parler de service, mais bien de ressources essentielles dans un contexte où cette clientèle occupe maintenant plus du tiers de nos classes et que les enseignants seuls ne suffisent pas à encadrer ces élèves.

 

L’école de demain vous dites …

Déjà il y a quelques années, en 2013, je me rendais à Calgary pour participer à un événement regroupant des centaines d’éducateurs et portant sur ce qui faisait obstacle au changement en éducation organisé par le ACELe constat était clair quant aux obstacles, les avenues bien présentées autour des compétences de demain et des apprentissages authentiques, en lien avec nos fameuses compétences transversales de notre programme de formation de l’école québécoise de 2001 (voir aussi le document de CCR). Je suis donc quelque peu découragé que des acteurs majeurs du milieu de l’éducation ou du gouvernement doivent, encore aujourd’hui, être convaincus de la nécessité de ce changement.

Mais aujourd’hui qu’en est-il ?

Depuis toujours, attendre que les changements soient amorcés par une instance supérieure m’a semblé utopique. L’implantation de la réforme au Québec devrait être une référence pour voir à quel point on peut faire déraper un changement de paradigme pourtant innovateur à l’époque. La récente présentation de Égide Royer devant les membres du parti politique au pouvoir actuellement ne peut être plus claire.  Reste à voir maintenant ce qui sera réellement mis en application, surtout si du financement supplémentaire s’avère nécessaire. On risque d’y piger quelques éléments à la manière d’un buffet chinois, sans égard à la vision globale présentée. Parce que ce qu’il faut pour vraiment changer les choses en éducation c’est une vision à long terme.

« La personne qui ne sait pas où elle veut aller ne trouve jamais de vents favorables. » — Chef Seneca #CEACalgary2013

Mais bien au-delà de tout ceci, suite à cette soirée au Cadre21, à la succession de ministres de l’Éducation et aux propos d’Égide Royer, il reste qu’après 20 ans dans ce système, j’en viens au constat que le principal frein au changement est peut-être simplement que l’éducation n’est pas une priorité pour la population de notre province. Depuis combien de temps parlons-nous de décrochage scolaire ? Quelle valeur est accordée à un diplôme d’études secondaire, à un diplôme collégial ou universitaire ? Quelle est la perception de la population en regard aux enseignants et à notre système d’éducation en général ? Quelle importance les acteurs du milieu scolaire (enseignants et gestionnaires) accorde-t-ils à leur développement professionnel ? Au sein d’une population vieillissante, est-il tout simplement possible que les priorités soient ailleurs ?

Malgré tout, pendant que certains en parlent et en discutent de l’école de demain, d’autres y travaillent quotidiennement de façon créative, et il faudrait peut-être aujourd’hui beaucoup plus s’en inspirer.

Sébastien Stasse