Les TIC pour supporter un projet éducatif

Dans mon dernier billet, j’ai expliqué le processus qui a permis à notre équipe-école de s’entendre sur un nombre limité d’éléments qui deviendront nos orientations pour notre projet éducatif.  On peut les résumer par :

– encadrement des élèves

– responsabilisation des élèves

– expression en français

– identité culturelle arménienne

 

Identification des moyens 

Mes convictions en matière d’intégration, mais surtout de mobilisation, de la technologie en enseignement sont bien connues. Plusieurs enseignants s’attendaient d’ailleurs à ce que j’impose l’usage des TIC (technologie de l’information et des communications) par une orientation visant leur usage ou à tout le moins leur promotion. Comme je le mentionnais, il est important pour moi que les orientations proviennent du milieu et que j’ai choisi dès le départ de ne pas imposer des orientations. Comment donc arriver à mettre de l’avant mes convictions à l’intérieur d’orientations qui à première vue ne touchent pas aux TIC ?

Pour utiliser une métaphore, dans une école, les orientations forment les branches principales d’un arbre. Les bourgeons et les feuilles sont les moyens qui pousseront sur les branches secondaires.  Pour arriver à identifier ces moyens, afin de répondre à nos orientations, j’ai utilisé un processus différent de l’approche sociocratique. Dans les corridors de l’école, quatre cartons de couleurs ont été affichés en haut desquels était identifiée chaque orientation. Une boîte de crayons a été placée à proximité et les enseignants, de manière informelle, ont inscrit des idées de moyens à mettre en oeuvre pour répondre à ces éléments.

L’identification des moyens est cruciale et doit toucher, à mon avis, deux critères importants (1).

– Faire partie le plus possible du quotidien de l’élève.

– Être Pareto, c’est-à-dire nécessiter 20% d’investissement pour viser 80% de résultats.

 

La mobilisation des TIC

C’est donc ici que l’usage des TIC s’insère aisément comme un moyen dans toutes les orientations, pour le peu qu’on soit créatif. Les TIC deviennent donc un outil plutôt qu’une orientation ou qu’un objectif. Sans exagérer, notre milieu a mis en place depuis 15 ans une structure faisant en sorte que nos élèves du primaire sont sans aucun doute les plus compétents  en matière d’utilisation des TIC au Québec. Par contre, c’est une toute autre histoire pour nos enseignants. J’en reparlerai dans le cadre d’un prochain billet, mais retenons pour le moment que je souhaite mettre en place des moyens favorisant aussi l’usage des TIC par les enseignants.

Voici donc quelques exemples de moyens mobilisant les TIC mis en place depuis le début de l’année scolaire en lien avec chacune des orientations.

 

Responsabilisation des élèves

Pour responsabiliser nos élèves, l’un des moyens mis en place autorise l’utilisation des appareils mobiles des élèves (iPod, iPad et autres), de leur propre ordinateur (Mac, Pc, Linux) et de leur téléphone à l’intérieur des classes pour des usages pédagogiques encadrés par les enseignants. Cette permission est rattachée au respect d’une charte d’utilisation signée par les élèves et leurs parents et à une formation obligatoire en 3e année du primaire.

 

Expression française 

S’exprimer en français dans un contexte comme le nôtre où les deux premières langues sont l’arménien et l’anglais n’est pas une chose facile. Un moyen mis de l’avant est le projet 180 chansons en 180 jours. Chaque titulaire s’est vu remettre un iPad  sur lequel ont été déposées 180 chansons francophones de 180 artistes différents. J’aime le côté  contextualisation de l’outil technologique dans ce projet où l’appareil devient le support d’une activité quotidienne. Chaque jour, les élèves chantent une chanson différente d’un artiste différent à l’aide d’un recueil de paroles. Ces paroles peuvent donc être un prétexte pour l’analyse et l’étude de textes variés. Je compte élaborer sur la mise en oeuvre de ce projet dans un prochain billet.

 

 

Encadrement des élèves 

Pour l’encadrement des élèves, certaines fonctions de notre logiciel de gestion scolaire ont été étendues pour permettre à tous les intervenants d’un même élève de pouvoir accéder au suivi disciplinaire. Appels téléphoniques aux parents, retenue, devoirs non faits, manquement disciplinaire se retrouvent ainsi au même endroit et permettent une vue d’ensemble et un suivi efficace. L’entrée de ces informations nécessite l’usage d’un ordinateur permettant encore une fois de contextualiser l’usage des TIC, pour les enseignants cette fois-ci.

 

Culture arménienne 

Dernier exemple entourant l’arménien, un projet est mis de l’avant pour produire du contenu multimédia dans cette langue. Poèmes, chants, histoires et autres seront enregistrés sous forme de podcast ou de vidéocast afin d’en faire profiter l’ensemble de la communauté. Ce genre de projet existe déjà en français et sera étendu à l’arménien.

 

L’usage des TIC est donc l’affaire de tous et doit à mon avis s’inscrire dans une vision qui dépasse aussi la pédagogie. L’arrivé des iPad révolutionne complètement le rapport à la machine et a réellement créé un engouement pour l’ensemble de nos enseignants. La première étape consistait donc à insérer cet outil là où son usage sera le mieux contextualisé. À partir du moment où les TIC font partie du quotidien d’un enseignant, on se rapproche de leur utilisation pédagogique.

Pour terminer, notre processus d’identification des moyens est loin d’être terminé. Un comité consultatif sera formé sous peu et aura la tâche de voir à la sélection d’autres moyens ainsi qu’à l’identification d’objectifs.

Sébastien Stasse

(1)Je tiens à souligner la grande influence de M. Amine Tehami, chargé de cours à l’Université de Montréal, dans l’ensemble de l’élaboration de ce processus.

Mobiliser une équipe-école

Mobiliser une équipe s’enseignants autour d’orientations qu’on impose, c’est un peu comme demander à une équipe de faire du souque à la corde où chaque participant tire dans une direction différente et au moment où il le souhaite. Pour susciter l’intérêt et l’implication du milieu encore faut-il que le milieu se sente concerné. Loin de moi la prétention d’avoir en main une recette miracle ou une solution «clef en main» mais comme direction d’établissement, je me suis donné comme défi de partir des orientations choisies par mon équipe-école pour arrimer mes actions . Encore faut-il arriver à faire émerger des orientations communes. Voici donc la démarche que j’ai mis en oeuvre pour y arriver.

Dans le cadre d’une journée pédagogique, la première étape de ce processus a été de demander à chaque enseignant d’identifier deux éléments positifs dans leur école. Des éléments qui touchent directement l’élève et qu’il est souhaitable de préserver dans le milieu. Ces éléments ont été écrits sur des papiers de couleur verte.


La seconde étape a été d’identifier individuellement deux éléments qui seraient à améliorer et qui touchent aussi directement l’élève. Ces éléments ont été inscrits sur des papiers de couleur jeune.

Une fois ces 2 étapes complétées, on se retrouve avec un nombre impressionnant d’aspects positifs et de points à améliorer de tout genre. Chaque élément contribue à ce que j’appelle la «culture» de l’école, c’est-à-dire la fierté et le mécontentement du milieu. Ces éléments cernent assez bien ce qu’il faut garder et ce qu’il faut changer. Cependant, ces éléments sont trop nombreux pour arriver à créer une réelle mobilisation de l’ensemble des intervenants. Il est donc nécessaire d’en diminuer le nombre. J’ai donc demandé aux enseignants de se regrouper en équipe cycle avec au moins un spécialiste (pour nous anglais, arménien, éducation physique) et de partager d’abord un aspect positif avec leur sous-groupe et ensuite et de s’entendre pour sélectionner deux points à améliorer qui pourraient devenir nos orientations pour la prochaine année. Mais comment «s’entendre» ?

 

L’important à ce stade-ci n’est pas la formulation des orientations même, mais plutôt la mobilisation de l’équipe autour de quelques éléments. Pour s’entendre autour de deux éléments communs au sous-groupe, j’ai donc eu recours  à un principe de sociocratie : le consentement sans objection importante et raisonnable. Il ne s’agit donc pas d’avoir une unanimité, mais plutôt de faire émerger 2 orientations autour desquelles il n’y a pas d’objection de la part des membres du groupe. Cette façon de procéder a pour grand avantage de faire vivre aux enseignants une autre façon d’arriver à « s’entendre ».

L’ensemble des aspects positifs se trouvent donc réduits de beaucoup, dans notre cas, à  8 éléments. De ces 8 éléments, en plénière, on arrive à les regrouper autour de  3 ou 4 qui serviront de base aux orientations pour l’année scolaire. Ces orientations serviront à l’élaboration du projet éducatif de l’école et auront le grand avantage de provenir du milieu.

Voici donc les éléments qui ressortent de ce processus :

– Encadrement des élèves

– Responsabilisation des élèves

– Expression en français

– Identité culturelle arménienne

À partir de ces éléments qui font consensus dans le milieu, je vois ensuite la tâche de directeur comme les rails d’un chemin de fer. Un rôle consistant à garder le cap du train à long terme en permettant aux acteurs du milieu d’en être la locomotive. Il s’agit donc de m’assurer que presque chaque action est en lien avec l’une des orientations et de rappeler quotidiennement au milieu là où on s’en va.

Reste ensuite à définir les objectifs et les moyens à mettre en place pour y arriver, ça fera l’objet d’un autre billet !

 

Sébastien Stasse